Retour
Judith

Monnaies citoyennes : quelles synergies possibles avec NewB ? 

Quel est le point commun entre le Talent, le SolAToi, le Lumsou, le Voltî, le Yar, l’Epi Lorrain, le Val’heureux, l'Ardoise, La Zinne, Torekes, Pluimen, Buurtijd, Troeven et LimbU ? Ce sont toutes des monnaies complémentaires belges. Les dix premières sont membres de NewB.

Qu’est-ce qu’une monnaie citoyenne ?

Il s’agit d’un instrument de paiement mis en circulation en complément de la monnaie de cours légal (l’euro dans ce cas-ci).

Ces monnaies sont mises en place par des groupes de citoyens et citoyennes d’un territoire donné qui définissent une charte de valeurs que les commerçant·e·s doivent signer pour être partenaire.

« C’est une démarche participative de réappropriation de la monnaie comme vecteur de changement économique et social » nous dit le Réseau Financité qui encadre de tels groupes de citoyen·ne·s.

Concrètement, vous pouvez vous rendre dans un comptoir de change pour troquer des euros contre la monnaie locale. Pour un euro, vous obtenez une unité de la monnaie locale. Vous pouvez ensuite vous rendre dans un commerce ou chez un partenaire de service de la monnaie afin de faire vos courses. Une manière pour les citoyens et citoyennes d’un territoire donné de se réapproprier les échanges monétaires sans pour autant supprimer les euros de leur portefeuille. Un sujet habituellement complexe et réservé aux hautes sphères de notre société.

Une forme de diversification monétaire à finalité sociale

Les monnaies citoyennes ou complémentaires permettent de cultiver de la diversité monétaire afin d’amortir les chocs inhérents au système actuel. Système monétaire, que Bernard Lietaer, économiste et spécialiste des monnaies complémentaires, qualifiait d’instable. Il suggérait de passer d’un système de « monoculture monétaire » à un écosystème monétaire. Bernard Lietaer était en faveur de l’émergence de différentes monnaies pour différents usages d’une communauté ou d’une économie donnée. (Sources : Arte).

Les monnaies complémentaires répondent à cet objectif avec une finalité sociale. On pourrait parler de diversification monétaire à finalité sociale.

Quel rayonnement en Flandres pour les monnaies locales ?

En 2010, Gand a lancé une monnaie complémentaire dans le quartier de Rabot. Les personnes qui s'engagent dans le quartier peuvent gagner des Torekes avec lesquels ils et elles peuvent faire des achats dans ce quartier. Samenlevingsopbouw Gent est responsable du suivi de ce projet et est devenu membre de NewB en 2018. La même année, Muntuit a été fondé. Il s'agit d'un réseau pour les monnaies citoyennes en Flandre et à Bruxelles qui accompagne sept monnaies locales différentes. L'association souhaite professionnaliser les monnaiescomplémentaires et élargir leur public cible. Elle s'efforce également de sensibiliser les citoyens et cityonnes au lien entre l'argent et la durabilité.(Source : Muntuit : Muntuit, het netwerk voor gemeenschapsmunten in Vlaanderen en Brussel | Muntuit )

Quels sont les synergies possibles entre NewB, banque coopérative et les monnaies citoyennes ?

Les monnaies citoyennes ont le vent en poupe auprès d’une certaine frange de la population qui est aussi membre de NewB. Ils et elles nous demandent régulièrement le type de synergie possible entre les deux initiatives citoyennes.

NewB étudie avec son partenaire historique Financité la possibilité d’établir une collaboration autour des monnaies complémentaires. Le projet est à l’étude car la coopérative doit d’abord se concentrer sur la réussite du lancement des premiers produits bancaires avant d’envisager d’intégrer d’autres services.Philosophiquement, il est certain que ce genre d’initiative est en ligne avec la mission de NewB précise Thierry Smets, nouveau CEO de NewB.

L’objet d’étude porte sur l’intégration digitale des monnaies à la banque NewB. Triodos propose déjà ce type de services aux Pays-Bas détaille Nicolas Franka du Réseau Financité.  L’avantage serait notamment le rechargement quasiment instantané des portefeuilles digitaux des monnaies locales, là où le système actuel prend entre 24h et une semaine pour effectuer les opérations de transferts ajoute-t-il.
Les enjeux restent multiples : sécurité, technique, réelle demande de la part des groupes locaux, …

Qui sont les neuf asbl de monnaies locales et citoyennes qui ont rejoint le projet de NewB lors de la campagne fin 2019 ?

La Zinne est la monnaie locale avec laquelle vous pouvez payer dans les 19 communes de la Région bruxelloise. En mars 2019, un collectif de citoyens a lancé ce moyen de paiement après deux ans de réunions. Toute personne qui utilise ce bon soutient l'économie locale et donne plus d'éthique à son pouvoir d'achat.

Faites vos achats avec des Zinnes

Le Yar est la monnaie citoyenne du Tournaisis. Leurs volontés ? Ramener l’argent dans l’économie réelle, développer une solidarité entre acteurs et contribuer au respect de l’environnement. Concrètement 134 prestaires locaux acceptent de recevoir les Yar comme monnaies d’échange. On y retrouve des bureaux d’architectes, des magasins d’alimentation, des boucheries, boulangeries mais aussi des fleuristes, droguerie ou autre centre culturels. Quelle variété !  

Visitez yar-tournai.be

Le SolAToi est la monnaie locale lancée à Ath et dans ses environs. Elle a également pour but de renforcer l’économie locale en recréant du lien et des solidarités dans une optique de développement durable et de finance responsable.

Vers le site du SolAToi

Le Lumsou est la monnaie alternative pour Namur et ses environs. A l'instar de Liège, certains groupes de transition ont lancé cette monnaie en 2015. Celles et ceux qui paient avec Lumsou soutiennent l'agriculture locale et la cohésion sociale. En attendant, ce moyen de paiement est officiellement soutenu par la ville de Namur !

Vers le site du Lumsou

Voltî signifie « Volontiers » en wallon et désigne la monnaie locale qui circule dans les communes de Ciney, Hamois, Havelange, Marche-en-Famene, Nassogne, Rochefort, Some-Leuze et alentours. 200 partenaires se sont engagés en faveur de la charte de cette monnaie citoyenne et l’asbl, crée en 2016, sa monnaie en version électronique au printemps 2020.

Le Voltî (levolti.be)

Le Talent : c’est au tour du Brabant Wallon de présenter sa monnaie locale. Également créée en 2016, l’asbl peut aussi compter sur 200 prestataires où vous pouvez payer en Talents. Si vous cherchez à vous en procurer, sachez que 22 comptoirs de change existent dans tous le centre du Brabant-Wallon.

La monnaie locale citoyenne du centre du Brabant wallon

L’Epi Lorrain : c’est la monnaie locale de la Lorraine belge (Gaume et pays d’Arlon et sa proche périphérie). En plus des avantages que toutes les asbl citent, l’asbl vante les mérites de la monnaie complémentaire comme outil de responsabilisation d’une population à son territoire et à son développement.

EPI lorrain (enepisdubonsens.org)

Le Val’Heureux : La monnaie citoyenne circule dans le bassin économique de la région liégeoise : entre Huy et Verviers, en Hesbaye, Condroz, Ourthe-Amblève et dans le pays de Herve. L’asbl organise en temps normal des apéros durant lesquels vous pouvez échanger vos euros pour des Val’heureux. On ne peut que leur souhaiter de revivre rapidement ces moments de convivialités qui sont aussi générés par ce genre d’initiatives locales.

Le Val’heureux

L’Ardoise est  la monnaie locale de Semois et Lesse et couvre les communes suivantes : Neuchâteau, Bertrix, Bièvre, Bouillon, Daverdisse, Gedinne, Herbeumont, Paliseul, Vresse-Sur-Semois, Wellin et leurs périphéries. L’Ardoise est une initiative de citoyens regroupés au sein de l’ASBL du même nom. Tout est parti de l’envie de se réapproprier la monnaie et son rôle d’échange, de dynamiser et protéger notre économie locale d’une manière solide et durable, précise le groupe citoyen.

Son site internet : monnaie-ardoise.be

Restez informé·e : abonnez-vous !

Notre newsletter est un moyen de communication précieux pour vous informer, vous consulter et vous permettre de participer à la vie de notre coopérative.

Inscrivez-vous ici pour ne rien rater de notre actualité